search

Découvrez un extrait du livre :

Si nous pouvions dessiner le doute, il pourrait être symbolisé par une spirale. L'individu déchaîne sa pensée à partir d'un élément central lequel procède à un enroulement sans fin de questionnements, de tiraillements, d'interrogations... 

Le doute peut partir d'une situation distincte, clairement identifiable ; il s'impose alors telle une révélation qui surgit. Sans être invité, il jaillit et harasse son sujet. Il lui arrive aussi d'apparaître insidieusement suite à un enchaînement de situations qui place l'individu au cœur d'une réflexion qui a déjà pris sa source antérieurement pour enfin s'installer confortablement voire durablement. 

Son origine est diverse, ses causes sont nébuleuses. Il peut prendre naissance après une observation, une conversation, un acte, une souffrance, une déception, un échec... Mais il s'immisce subrepticement quand les débuts prometteurs laissent des questions sans réponses sur l'existence, quand l'expérience chevronnée s'est installée, quand la lassitude s'invite un jour, quand ce qui nous semblait inébranlable se met à vaciller. 

Pour chaque naissance d'un doute, une kyrielle de déclencheurs serait à énoncer... Pourquoi ? L'esprit est plus ou moins enclin à rentrer dans la spirale. Il peut tout aussi bien survenir en période équivoque et incertaine que dans les moments fastes où la conscience que rien ne dure s'éveille. Le doute incite à poser un regard observateur, lucide, critique sur son passé. C'est un temps où l'individu analyse ce qui a été accompli afin de se conforter dans la nécessité d'avancer vers le futur. L'individu se métamorphose en un point d’interrogation au gré des enroulements, des circonvolutions de cette spirale qui le berce au cœur de ses courbes. 

Quand l'individu est fragilisé dans le retranchement de ses questionnements, son for intérieur est atteint par une perméabilité laquelle l'entraîne à étudier différemment les événements et les personnes. Si la cause du doute vient des autres, la solution serait donc dans l'altérité. La spirale s'agrandit entre des questionnements autocentrés et ces interrogations qui émaneraient « des autres », qu'ils soient des contemporains ou des ancêtres. Douter de soi, douter des autres, peut-être les deux à la fois ou successivement... Quand les points d'interrogation s'accroissent, le sujet se demande s'il n'est pas temps de prendre une décision. Lui apparaît soudainement sur son chemin deux routes : celle qu'il est en train de suivre, et celle à laquelle il n'avait pas songé auparavant qui pourrait s'offrir comme la solution, à moins qu'il ne s'agisse de l'échappatoire. 

Les Bénéfices du doute

7,00 €
TTC

« Pourquoi doutons-nous ? Comment le doute chemine-t-il dans nos vies ? S'éveiller au doute n'est-il pas une étape pour accéder à la vérité ou à une vérité qui nous mènerait à la quiétude ? Mais pouvons-nous trouver l'harmonie dans notre vie quand nous sommes rongés par le doute, le questionnement à propos de nos attitudes, de nos choix, de nos priorités ? »

Quantité
En stock

Quelle aventure de créer des livres qui émanent avant tout d'un désir de leurs auteurs ! Jolilivre propose des créations originales, singulières et agréables à lire. 

Le fruit d'un atelier d'écriture 

Christine Delattre et Françoise Van Camp vivent une amitié scellée par leurs actions communes au service des autres. Dans un sens accru du partage et une envie réciproque d'écrire, elles ont souhaité aborder, lors des ateliers d'écriture de Camille, auteure biographe, un thème universel cher à tous : le doute. Une nouvelle réflexion qui est venue, une fois de plus, consolider leur belle amitié dans un petit livre de 46 pages. 

Les Bénéfices du doute
100 Produits

Fiche technique

Hauteur
21 cm
Largeur
14,8 cm
Propriétés
46 pages